Voici mon propre témoignage !

Je m'appelle Nicolas et j'ai 29 ans.
Mes TOC ont débuté en 1996.

Mes premiers TOC étaient la peur que tous mes appareils électriques tombent en panne, affaires personnelles uniquement telles que télévision, ordinateur etc...
Je craignais que tous mes appareils soient abîmés par la lumière ou les rayons du soleil filtrant à travers les vitres.
J'étais donc obligé de fermer constamment les rideaux et ne plus jamais ouvrir les fenêtres.
Je devais toucher avec précautions ces appareils, passer à côté d'eux très lentement par crainte de provoquer des vibrations dans le sol, ce qui aurait pu faire bouger donc abîmer mes appareils.

A l'époque, je croyais vraiment que mes appareils pouvaient tomber en panne ou être dégradés.
Aujourd'hui, comme je vais mieux grâce à un traitement de " Zoloft " et de " Dépamide " associés, je me rends compte que c'était la maladie qui me faisait croire tout cela.
Lorsqu'on est presque sorti de cette maladie, on se rend compte que notre personnalité était complètement changée et on a l'impression qu'une autre personne était en nous. Vous vous en rendrez compte lorsque vous arriverez à mon stade !
Croyez-moi sur parole, vous vous en sortirez, c'est obligé !!!
J'en suis la preuve vivante !
Il ne me reste que 10% de mes TOC et pourtant je figurais parmis les cas " graves " .
Je suis presque totalement guéri grâce au traitement cité ci-dessus et débuté en 1999.
J'ai eu la chance d'être suivi par un pédopsychiatre spécialisé dans les TOC, le docteur K. que j'ai connu grâce à l'association " AFTOC " (  Site de l' AFTOC  )
Si je n'avais pas rencontré cette association et ce psychiatre, les TOC m'auraient détruit !
Mes TOC ont débuté en 1996 et se sont fortement aggravés jusqu'à ce que je rencontre l' AFTOC et le Docteur K.
J'ai été suivi à Amiens ( 80 ) par deux psychiatres au CHRU Nord qui ont compris mon problème mais ils ont été incapables de me soigner par manque de connaissance des TOC !
J'ai essayé plusieurs traitements sans succès : " Prozac ", " Anafranil ", " Déroxat ", etc... :
Gros effets secondaires et aucune efficacité sur les TOC, voire aggravation.
A cause du manque de connaissance et de moyens de ces deux psychiatres, les TOC m'ont envahi de plus en plus et ceci durant 3 ans !
3 ans durant lesquels, j'ai été désocialisé, avec impossibilité d'avoir une vie de famille et professionnelle normale !
Vérifications et angoisses ont rempli totalement ces 3 années :
3 années perdues, 3 années infernales !!!
Le seul traitement que l'on m'a proposé à Amiens, fut un séjour dans un hôpital psychiatrique avec des drogues à nous faire dormir debout. Une horreur !!!
Surtout qu'il était impossible de s'y reposer.
Aucune humanité et des médecins plus " fous et plus torturés " que leurs patients !!!
L'aggravation de mes TOC se traduisait ainsi :
-Impossibilité totale d'entrer pendant 2 ans dans ma chambre par peur d'abîmer mes appareils ( Donc plus de ménage ni d'aération durant 2 années ).
Je devais dormir sur le divan du salon qu'on ne pouvait déplier par manque de place, toutes les nuits durant 2 ans ( D'où mal de dos et fatigue ).
Je pensais alors que le fait de ne plus entrer dans ma chambre allait calmer les TOC : mais non !!!
Ensuite, je ne pouvais plus marcher ou alors il fallait que je le fasse très lentement, sans bruit, sans parler en essayant de respirer le moins possible dans toutes les pièces de l'appartement, par peur de faire vibrer le sol et que ces vibrations ne se déplacent jusqu'à ma chambre !
Peur de remuer la poussière qui d'après moi, aurait pu passer sous la porte de ma chambre pour aller dégrader mes appareils.
Petit à petit, au fil de ces trois années, j'étais devenu tétanisé dans mon appartement.
Je n'étais bien que dehors, où les TOC cessaient complètement.
Je ne supportais pas que ma mère ne prenne les mêmes précautions que moi, ce qui provoquait entre nous de fréquentes disputes.
Nous ne pouvions plus recevoir personne.
Ma mère était consciente de mon problème, elle m'a beaucoup aidé. Seulement elle ne pouvait pas toujours de vivre à ma manière, comme si elle aussi avait des TOC !

Lorsque mes TOC étaient au sommet de leur intensité, il y avait entre nous des disputes, de la violence verbale, voire physique.
Les TOC peuvent rendre méchant et agressif tellement cela provoque une angoisse qui ne devrait pas être permise !
Maintenant, je vais mieux. 90% de mes TOC ont disparu grâce au traitement  cité.
Mes relations avec ma mère sont redevenues calmes. Je dors à nouveau dans ma chambre, je peux me resservir de mes appareils, moins spontanément qu'autrefois, j'ai gardé des gestes de prudence automatiques ( séquelles de plusieurs années ) mais je sais que cela disparaîtra bientôt !

Il aura fallu à peine 1 an et demi de traitement approprié pour perdre 90% de mes TOC, alors je suis patient.

Nicolas CHAPPART ( Webmaster du site " TOCCOM " )